Bienvenue dans le forum des étudiants en soins infirmiers
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 ROLE INFIRMIER DEVANT UNE OCCLUSION intestinale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
abdelb@sset
Admin
Admin


Nombre de messages: 32
Date d'inscription: 21/12/2008

MessageSujet: ROLE INFIRMIER DEVANT UNE OCCLUSION intestinale   Sam 27 Déc - 17:20













I- DEFINITION :

On appelle occlusion intestinale toute interruption du transit intestinal normal. Elle se traduit par un arrêt des matières et des gaz.

Cet arrêt peut être du à une gêne mécanique (obstacle, étranglement,…)

Soit à une paralysie réflexe du péristaltisme intestinal.

Il y a absence totale de vidange intestinale et stagnation des matières, des gaz, et des liquides avec dilatation et désordre hydro-elecrtolytique.



II- CLINIQUES :



1- SYNDROME OCCLUSIF :

A- triade fonctionnelle :

· Douleurs abdominales évoluant par coliques successives séparées par un fond douloureux

· Vomissements:alimentaires ou bilieux voire fécaloïdes.

· Arrêt des matières et des gaz



B- altération de l’état général

· Dépend du mécanisme, du siège l’anciente



C- examen clinique :

Inspection :

· Ballonnement abdominal : présence ou non des mouvements péristaltiques de l’intestin

Palpation :

· Paroi abdominale tendue élastique sans contracture

· Toujours vérifier les orifices herniaires

Percussion : tympanisme (sonorité)=matité :

Auscultation :

· Gargouillement (bruits hydro-aerique)

· Soit silence abdominal

Touche rectale et touche :

· Recherchent un bombement de douglas (abcès) ou tumeur



D- radio :

· ASP debout: niveaux hydro-aerique, précise le siège

· Lavement baryté en absence de perforation de l’ASP.





III- SIEGE DE L’OCCLUSION :



1- l’occlusion hautes : (occlusion grêle)

· Debout brutal avec vomissements précoces et abondants AEG précoces ventre légèrement ballonné voir plat.

· ASP debout : NHA plus larges que hauts.

· Lavement baryté : cadre colique libre.

Biologie : déséquilibre hydro-elecrtolytique rapide.

B/l’occlusion basse: (occlusion du colon)

· Début insidieux avec vomissements tardifs, états générales longtemps conservées, douleurs discrètes ballonnement à son maximum (en cadre ou asymétrique) touche rectale tumeur basse.

· ASP: NHA plus hauts que larges.





III- CAUSES POSSIBLES D’UNE OCCLUSION



A/ lieus paralytiques:

· Début progressif: douleurs peu importantes, ballonnement diffus et immobile

· ASP: dissension intestinale globale avec des niveaux hydroélectrique



B/strangulation (=étranglement)

· Le plus grave car il y a nécrose ischémique responsable d’un sphacèle intestinale précoce

· Début brutal avec douleurs intenses, AEG rapide l’anse valvulée se présente sous forme d’un ballon élastique douloureux immobile tympanique

· ASP anse en arceau unique très distendu avec 2 NHA (pieds de l’anse) et autre NHA en amont



C/occlusion par obstruction :

· Le plus souvent, s’il s’agit d’une sténose secondaire à une tumeur développé dans la lumière intestinale

· Début insidieux avec douleurs vagues parfois palpation d’une masse abdominale, sensation de lourdeur parfois rectorragie

· Echographie; masse abdominale

· Lavement baryté: confirme la nature

· ASP





V- PRINCIPES DU TRAITEMENT :



Traitement médical:

L’hospitalisation est nécessaire .le traitement comporte la pose d’une sonde gastrique d’aspiration, la correction es troubles hydro-electrolytiques et, éventuellement, des antibiotiques.

Ce traitement peut suffire en cas d’iléus paralytique.



Traitement chirurgical :

S’il y a strangulation, il faut lever le garrot le plus vite possible et traiter l’anse en fonction de sa vitalité.

S’il y a obstruction, il faut lever l’obstacle .si ce geste est possible « par exemple en cas de cancer colique inextirpable ». On pratique une dérivation externe en amont de l’obstacle par colostomie ou iléostomie ou un court circuit par entéro anastomose. Dans tous les cas, il faut terminer l’intervention par la vidange rétrograde de l’intestin grêle vers la sonde d’aspiration

En cas d’iléus paralytique, l’indication varie en fonction de la cause.



Traitement instrumental :

Il est exceptionnellement indiqué. Il s’agit par exemple, d’une intubation recto colique en cas de valvulus du côlon sigmoïde, d’un lavement dés invaginant en cas d’invagination intestinale aigue du nourrisson et de coloscopies itératives de décompression dans le syndrome d’ogilvie pour éviter la perforation diastatique du côlon droit.





VI- COMPLICATIONS AIGUES DE L’OCCLUSION :

Les facteurs qui menacent la vie au cours d’une occlusion intestinale sont:

· Le choc hypovolémique et ses conséquences

· La perforation intestinale

· Les hémorragies digestives (stress ou syndrome de Mallory-Weiss)

· Les pneumopathies par inhalation de vomissements



Il existe de plus un risque local, celui de nécrose ou de perforation intestinale résultant d’ulcérations mécanique « iléus biliaire » ou d’une ischémie pariétale, soit sur l’obstacle »bride, étranglement, volvulus » soit en amont de l’obstacle « perforation diastatique due à la distension gazeuse.



VII- ROLE INFIRMIER DEVANT UNE OCCLUSION:



· A l’arrivée du malade, l’infirmier doit créer un climat de confiance et de calme, agir avec rapidité et de méthode sans affolement ni geste inutile tout en rassurant le patient.

· Préciser l’heure de l’apparition des douleurs et celles des derniers gaz et matières

· Avertir le médecin en lui transmettant les renseignements recueillis par interrogatoire tel sexe, age, principaux antécédents, médicaux et chirurgicaux, état général et état de choc et apprécier le degré de la déshydratation et s’informer de la fréquence et abondance des vomissements

· Noter les principales variations de la T.A. le pouls, la température, la coloration des téguments.

· De cette surveillance doit être renouvelé l’heure jusqu’à l’opération

· Placer le cathéter dans la veine et prélever le sang (hémoglobine ionogramme) et l’envoyer immédiatement au labo.

· Garder la veine en mettant un soluté à grosses molécules.

· Respecter la réanimation hydro électrolytique installer une aspiration gastrique continue par une sonde nasogastrique.

· Poser une sonde pour calculer la diurèse et faire les analyses d’urines

· Faire en urgence RX pulmonaire, ASP, ECG.

· Faire un champ opératoire très large et selon les habitudes du service.

· Effectuer les présentations de l’anesthésie et notamment la prémédication

· Enlever la prothèse dentaire

· Accompagner le patient avec son dossier au bloc opératoire à l’heure fixe.



SOINS EN POST OPERATOIRE :

· Accueil de l’opérer tout en préparant son lit

· Surveillance immédiate des constantes

· Faire le premier levé

· Administrer les ATB selon prescription médicale

· Informer le malade sur interdiction d’alimentation avant la reprise du transit

· Faire les pansements avec asepsie rigoureuse et sur avis médical

· IEC portant sur le pansement et le suivie de traitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ifcs-ouarzazate.jeun.fr
 

ROLE INFIRMIER DEVANT UNE OCCLUSION intestinale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CAT devant une COLIQUE NEPHRETIQUE
» conduite à tenir devant un brûlé .
» occlusion intestinale
» occlusion
» ace se couche devant uneal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des étudiants en soins infirmiers ::  ::  ::  :: -